30/03/2007

PARDON

070212062711324295[1]

_"Même si la fatigue te guète
Il te faut te reposer, poète.
Tes clients n'ont que faire
De tes vers"
Me dit Sélène, reine de nuit,
_"Poétesse, tu n'as que faire
De ce don de Dieu
Si cela se voit dans tes yeux!"
Ajoute Insomnie qui m'ennuit.
_"A choisir, tu aurais péféré une librairie
Pour que tes clients puissent lire ta poésie."
Continue Christain avec ma muse de connivence.

BARRE séparation 4


Pardon! A tout noircir... J'ai tendance.
Adieu! Christian, Verlaine, Baudelaire,
Hugo, Lamartine et j'en oublie...
Mes clients n'ont que faire de ma poésie.
Puisque le corps il faut bien le nourir
Avant l'âme, pour ne pas mourir.

BARRE séparation 4


J'ai changé de rivage
Pour palier au naufrage,
En disant à une cliente:"J'ai épousé un breton."
Pour vendre Patigel, j'ai menti: Pardon!
Je n'ai jamais survolé la Bretagne
un paysan alpin était ma montagne.
Etant née à Paris,
Je voudrai à Brest y dormir...
Mais, rien ne presse de courir,
Je n'ai pas encore goûter à la vie.

BARRE séparation 4


Pardon! si j'ai tendance
A tout noircir.
Dans mon malheur, j'ai de la chance:
Ma muse est revenue en ma Provence.
Même si je n'ai pas d'avenir,
A mes clients, je me dois de sourire...
Pourquoi m'en faire
Puisque j'ai mes vers!
Assez pleurer dans les chaumières!
Venez voir votre belle caissière.
Même si c'est la rue qui est congelé,
Je reste dans le surgelé.

14  SEPTEMBRE  2005

20:09 Écrit par Po dans rêverie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.