14/09/2006

EN CE MONDE

015[1]

L’espoir s’obstine à voir mon corps prêt à tes caresses.
Aussi, cet imbécile buté a couvert mon cœur d’ivresse.
Mais la raison n’est pas loin… Où est ta tendresse ?
Où sont tes mains pour étreindre mes seins nus ?
            A grands coups de massue,

            La vérité entame ma folie

            Me sortant de cette léthargie.

En ce monde… Point de Promesse !

 

Dans les ruelles délabrées de mon âme ivre,

            Je trébuche sur ton absence :

Mon cri n’a pas d’écho, n’étant que silence.
            Ton baiser suffirait pour m’aider à vivre.

Vivre ? C’est se perdre … Mon âme a beau faire

            Pour bannir le mal d’Amour :

C’est comme nier que le feu rougit le fer.

            Les larmes prennent toujours

            Mes yeux et le présent pour cible.

En ce monde… Point d’Abri possible.

 

 

         12  OCTOBRE  2004

11:35 Écrit par Po dans nostalgie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.