10/09/2006

LE POETE

      Un cri pourrait lézarder ce silence précaire

Mais, il a peur de vieillir s’il se risque à le troubler.

Les mots ne savent plus à quelle fontaine s'abreuver!

La parole ne fait pas bon ménage avec le solitaire:

Le poète et le monde? La solitude dresse entre eux

      Des barricades jusqu'aux cieux.

Ma poésie pourrait bousculer l'anonymat sombre

Mais, elle a peur de décevoir si elle sort de l'ombre.
Les vers moroses construisent un silence habitable

Où parfois mon âme et mon coeur sont en désaccord.
Avec l'absence, mon âme veut positiver, mais mon corps

Capte que des ondes négatives de mon portable.

      Une larme pourrait broyer ce silence mortuaire

Mais, elle a peur de mourir si elle se risque à naître.
Les consonnes se disputent la place pour être

Devant la scène, les voyelles restant derrière.
Le poète et l'amant? La distance les plonge

      Dans un écho qui se prolonge.

                  12  NOVEMBRE  2002

15:49 Écrit par Po dans Spleen | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.