07/09/2006

L'EXIL POETIQUE

 

 

Ici, à la lisière des jours d’absence,

Ma vie décortique chaque silence

        Au contour insensible :

Je sombre dans cette faille invisible.

L’exil poétique est une seconde chance :

        Une douce convalescence !

        Dans cet étrange horizon,

                Aimer est en option.
A l’ombre d’un rêve d’adolescente,

Mon corps efface chaque matin

               Aux lames tranchantes,

Pour reboiser les déserts de mon chagrin.
Je découvre un bonheur surnaturel

        Sans ma masse corporelle.
                Exilée de ma chair,

        Ma souffrance, j’enterre.
        Sous des cieux plus favorables,

Mon âme décongèle mes larmes incontrôlables.
Ma muse fissure les roches de mon désespoir,

Irradiant l’immense besoin de te voir.

Ici, je traîne mon manteau de souvenir

                Autour de ton vide.
        J’organise mon avenir :

        Un squelette sans ride !

 

 

          9  JANVIER  2002

08:34 Écrit par Po dans rêverie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Waou Il est de plus en plus beau ton site !!!
Me manque juste l'adresse de celui de Jean.
vais regarder si tu ne l'as pas quelque part
et vous ajouter tous les deux à mes liens.

Très beau ce poème...
Plein de bonheur à tous les deux...
Bisous amicaux et bravo
Jef

Écrit par : quarkenciel | 07/09/2006

le poète dans son ile oublie le monde irréel
se plonge dans le virtuel
ne pense plus qu'à elle
elle, qui lui reste rebelle

Écrit par : aramis-le-rimailleur dingo | 07/09/2006

Les commentaires sont fermés.